Audience « formation » du 1er février : tutorat, EMF, formation à distance « accompagnée », …

Pour le SE-Unsa : AM Haller, N. Meyer, S. Thomas

Pour la DSDEN : M. Weltzer, S. Bernard, JB Ladaique, E. Chaillot

Les thématiques abordées par le SE-Unsa :

Le tutorat et la formation des stagiaires

Les nombreuses et épuisantes missions des EMF

Nouveaux programmes et formation des formateurs

Formation des admissibles au Cafipemf rénové

CPC en REP ou REP + : charge de travail conséquente

Formation à distance  « accompagnée ». À distance de qui ?

3 heures d’animation pédagogique d’équipe !

 

Le tutorat et la formation des stagiaires

Le SE-Unsa a fait retour du vécu de stagiaires, corroboré par le sentiment des EMF de plus évaluer que former. Sur 5 visites dont bénéficient les stagiaires, 4 sont évaluées et contribuent à l’émanation d’une note. L’administration semble vérifier avant tout que les stagiaires « travaillent » et pas tellement le fait que ce sont des professionnels qui se construisent, que ce qu’ils mettent en œuvre fait progresser les élèves. Pourtant, c’est là tout le sens de la formation en alternance.

Demandes et propositions du SE-Unsa :

  • La mise en place d’un vrai tutorat mixte, avec un tuteur de l’ESPE (et non un visiteur).
  • Que ce tuteur ESPE se préoccupe que ce qui est fait en cours à l’ESPE soit utile à faire classe.
  • Un entretien de positionnement sur l’acquisition des compétences professionnelles à trois : tuteur ESPE, tuteur IA et stagiaire, à la fin du premier semestre .

La DASEN accuse réception des propositions tout en indiquant que l’ESPE dit ne pas avoir les moyens de mettre en place un réel double tutorat. L’attribution de notes et la récurrence de cet acte n’est pas une problématique, pour elle .

Combien de stagiaires sont inscrit cette année dans le dispositif d’alerte ? DASEN : 7 ou 8.

Comment vont-les stagiaires prorogés ? Comment se passe leur accompagnement ?Comme les années passées, cela semble bien se passer.

Retrait de 30 de salaire des stagiaires qui s’étaient absentés de l’ESPE pour se rendre en animation pédagogique. La réponse de la DASEN ici

Les nombreuses et épuisantes missions des EMF :

Les EMF sont des enseignants à ¾ temps en classe. Ils assurent toutes les tâches liées aux fonctions d’enseignant. Durant le ¼ temps libéré de classe, les activités sont multiples : tutorat de plusieurs stagiaires, visiteur ESPE, intervenant à l’ESPE, intervenant en animations pédagogiques.

Le SE-Unsa a :

  • déploré que les EMF soient utilisés pour pallier les manques de ressources de l’ESPE.
  • demandé une organisation annuelle équilibrée et une planification du travail. Les périodes 1 et 2 sont trop denses. 

DASEN : Une planification des interventions dans les animations pédagogiques pourrait être examinée

Quelles conditions de travail l’année prochaine alors que le nombre de stagiaires sera équivalent à celui de cette année ? 1/3 temps ?

DASEN : Le projet qui sera soumis au CTSD s’orienterait vers une augmentation du nombre d’EMF.

En effet, le projet prévoit l’augmentation du vivier d’EMF du quart de son potentiel actuel. Le SE-Unsa interrogera l’administration sur les intentions et objectifs poursuivis, notamment quant au choix des écoles d’implantation.

Lors de leur évaluation professionnelle, quelle est la reconnaissance de leurs missions de formateurs ? Comment les EMF peuvent-ils faire part de leurs difficultés/besoins au cours de l’entretien?

DASEN : En règle générale, les rapports d’inspection n’éludent pas les fonctions d’EMF.

Le SE-Unsa a transmis le bilan de l’enquête des besoins en formation réalisé en décembre dernier. Nous avons insisté sur le besoin qu’ont ces collègues d’analyser leur pratique de tutorat, de mutualiser.

Nouveaux programmes et formation des formateurs

Le SE-Unsa demande qu’une formation spécifique soit proposée aux formateurs, en amont de la rentrée. Les conseillers pédagogiques et les maîtres formateurs ne peuvent pas découvrir les nouveautés en même temps que les collègues qu’ils accompagnent. Ils ont besoin de temps entre eux pour se les approprier.

Formation des admissibles au Cafipemf rénové

Les candidats déclarés admissibles suivent un cursus accompagné. Ils sont associés, auprès d’un maître formateur référent ou d’un conseiller pédagogique référent, à l’accompagnement d’un étudiant inscrit en master « métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation », d’un fonctionnaire stagiaire, ou à l’animation d’action de formation.

DASEN : À ce jour, tout est à construire. Le choix des référents n’est pas défini,

CPC en REP ou REP + : charge de travail conséquente

Le SE-Unsa a relevé la spécificité des conditions de travail des CPC de ces circonscriptions : nombreux suivis de T1 et T2, charge de travail supplémentaire liée à l’organisation et l’animation des stages spécifiques, accompagnements d’équipes sur des projets spécifiques.

DASEN : notre département a créé un poste de CPD spécifique à l’éducation prioritaire.  Elle dit avoir entendu nos inquiétudes. Un bilan sera fait pour voir en quelle mesure, plus d’interventions extérieures dans les stages REP et REP+ pourraient soulager la tâche des CPC des circonscriptions concernées.

Formation à distance  « accompagnée». À distance de qui ?

Appelons un chat, « un chat » !

Le SE-Unsa a demandé à la DASEN que les appellations des animations pédagogiques reflètent la réalité. Ici et là, des initiatives d’ateliers accompagnés se mettent en place. Sur le fond, elles semblent répondre à des besoins de certains collègues. Mais dès lors qu’il y a un regroupement, il s’agit de formation en présentiel. Ce n’est en aucun cas de la formation à distance FOAD.

Nous avons demandé une clarification des intitulés des formations et des modalités d’inscriptions (volontariat/ obligatoire).

La DASEN a confirmé que la formation à distance, correspond à de la formation en ligne, sur une plate-forme numérique. « Confiance doit être faite aux enseignants, certains s’en saisiront d’autres pas » rappelle-t-elle en citant l’ancien ministre Peillon.  Sur la proportion des formations à distance dans les 18h, la DASEN a rappelé que le cadre  départemental suggéré aux circonscriptions est de 9h présentiel+9h à distance. Le cadre national n’impose pas d’horaire minimal de formation à distance.

Le texte de référence « Dix-huit heures consacrées à l’animation pédagogique et à des actions de formation continue. Les actions de formation continue doivent représenter au moins la moitié des dix-huit heures et être, pour tout ou partie, consacrées à des sessions de formation à distance, sur des supports numériques. » . Circulaire n° 2013-019 du 4-2-2013

3 heures d’animation pédagogique d’équipe !

Le SE-Unsa demande qu’à la rentrée prochaine : sur les 18h, au moins 3 h d’animations pédagogiques puissent être utilisées par les équipes pour travailler sur les programmes. 

DASEN : Cela est déjà le cas dans plusieurs circonscriptions, notamment des circonscriptions urbaines. Le SE-Unsa revendique l’harmonisation départementale du principe avec une adaptation selon la taille des écoles.

En fin d’audience, les SE-Unsa a abordé deux situations particulières liées à la formation initiale ou continue.

  1. L’échange aura permis de clarifier des éléments concernant l’impact d’un congé sur l’année de stage et la titularisation.
  2. La situation illustre la difficulté pour les collègues à se projeter et de développer  leur projet de carrière.