Certification 2018 : tout savoir !

Calendrier de fin d’année

– Retour de l’évaluation du tuteur : au plus tard le 6 avril 2018

– Visites certificatives des IEN du 9 avril au 31 mai 2018 ( grille d’évaluation stagiaire ICI). Pas de passage de l’IEN si tu as plus de 36 jours d’absences !

– Avis formulé par le directeur de l’ESPE : au plus tard le 30 mai 2018

les 7 et 12 juin 2018 : réunion du jury de certification pour étudier les dossiers des stagiaires. Ils font le point sur votre année de stage, et confrontent les avis ESPE + IEN pour prononcer la certification ou convoquer les candidats si les avis sont divergents ou nuancés.

Vendredi 15 et lundi 18 juin : consultation des dossiers à Colmar pour les stagiaires convoqués à l’entretien avec le jury de certification. Tu as la possibilité de consulter ton dossier d’année de stage pour préparer l’entretien. Pour cela, il faudra contacter la cellule de certification à Colmar et prendre rendez-vous au 03 89 21 56 56.

Si tu n’es pas appelé à consulter ton dossier, c’est bon signe ! Donc, le 18 juin, si aucune invitation à consulter ton dossier ne t’est parvenue, il y a des grandes chances que tu obtiennes la certification (sous condition de valider les étapes de formation à l’ESPE).

du 20 au 22 juin : entretien avec le jury de certification

Mardi 26 Juin : réunion finale du jury de certification.

4 cas de figure se dégageront: certification, renouvellement (prorogation), prolongation (pour les stages incomplets) ou licenciement. Rendu du verdict à partir du 3 juillet.

Quelques chiffres de la session 2016/2017 pour le Bas-Rhin 

  • 13 stagiaires prolongés (nombre d’absences supérieur à 36 jours)
  • 14 stagiaires renouvelés (année non validée)
  • 2 demandes de report de stage
  • 7 licenciements

Plusieurs situations possibles après le déroulement de ce jury de certification

– Moins de 36 jours d’absence, conditions de diplôme remplies et avis de Jury favorable : certification

– Moins de 36 jours d’absence, conditions de diplôme non remplies : renouvellement de stage (possibilité de certification sous condition d’obtention de diplôme, mais plus rare)

– Moins de 36 jours d’absence, conditions de diplôme remplies, avis de Jury défavorable : renouvellement de stage ou licenciement (ce dernier la plupart du temps pour insuffisance professionnelle ou mise en danger des élèves avérée)

– Plus de 36 jours d’absence: prolongation de stage

Prolongé ou renouvelé, que se passe-t-il l’année suivante ?

Dans le cas d’un renouvellement ou d’une prolongation, tu exerceras à mi-temps en classe et tu seras à l’ESPE en parcours adapté à mi-temps. Ta situation sera traitée au jury de certification en fin d’année scolaire prochaine.

Cas particulier de la prolongation de stage : un jury de certification intermédiaire pourra se réunir à l’issue du rattrapage de tes journées manquées pour traiter ton dossier !

En terme de rémunération

– le stagiaire en renouvellement reste bloqué à l’échelon 1 (ou plus si reclassement)

-le stagiaire en prolongation continue d’évoluer sans gel de son avancement

Dans le cas d’une prolongation, l’année prochaine ta titularisation sera prononcée avec effet rétroactif (en déduisant les jours restants à faire pour boucler l’année de stage). Cas particulier du congé de maternité : effet rétroactif sans déduction de jours, donc au 1er septembre 2018.

Mouvement et prolongation/renouvellement

tu as obtenu un poste à titre définitif au premier temps : celui-ci devient alors provisoire (impossible d’être affecté à titre définitif sur un poste sans être certifié). Si ce poste est compatible avec l’exercice d’un mi-temps, tu le conserves à titre provisoire. Si ce n’est pas le cas, tu le perds et l’administration t’affectera sur un autre support.

tu obtiens un poste à l’issue des temps suivants du mouvement : idem (de toute façon à titre provisoire après le 1er temps)

En cas de licenciement….

En cas de licenciement, la date de fin de contrat avec l’Education Nationale sera le 31/08 de l’année du licenciement.

Attention ! Le licenciement permet de toucher l’allocation de retour à l’emploi (ARE), mais pas la démission !