Pour l’UNSA EDUCATION ALSACE, la collectivité territoriale d’Alsace, c’est NON !

logoplus fort unsa educLe 7 avril prochain, il sera demandé aux électeurs alsaciens de se prononcer sur la question suivante : “Approuvez-vous le projet de création d’une collectivité territoriale d’Alsace, par fusion du conseil régional d’Alsace, du conseil général du Bas-Rhin et du conseil général du Haut-Rhin ?”

 L’UNSA EDUCATION ALSACE qui n’est pas opposée, sur le principe, à la mise en place d’une organisation des collectivités territoriales plus optimale et efficace au service des citoyens, a suivi avec attention l’évolution des débats et des discours politiques sur ce sujet. Sur cet objectif, las, tant sur la simplification attendue que sur les gains d’efficacité espérés, le projet de CTA ne donne pas de garantie.

En effet, nos adhérents s’interrogeant sur les conséquences potentielles d’une fusion des trois collectivités concernées  pour l’exercice de leurs métiers et de leurs missions, l’UNSA-EDUCATION  ALSACE  a interpelé par courrier les 3 présidents  des conseils généraux et du conseil régional. Leur  réponse à l’Union Régionale UNSA-ALSACE ne nous a  pas convaincus sur les économies que permettraient une telle restructuration, ni  sur une simplification du fonctionnement  pour les citoyens. En outre, nous n’avons pas eu de réponses sur  l’organisation du fonctionnement des établissements du 2nd degré, la carte des formations professionnelles, le dialogue social avec les équipes de direction des établissements.

Et lorsqu’il y a des réponses, elles sont inquiétantes, et ne vont pas dans le sens d’un service public d’éducation au service de tous sur deux points particulièrement :

  • Le  souhait des 3 présidents de rattacher  les médecins scolaires et assistantes sociales à la collectivité unique : pour l’UNSA EDUCATION, leurs missions doivent s’inscrire dans une politique nationale et donc la nécessité pour ces personnels de rester des fonctionnaires de l’Education Nationale.
  • La volonté de « généraliser l’enseignement bilingue » : la volonté de généraliser un système qui n’a jamais été réellement évalué est en soi inquiétant. En effet, en l’état il n’est pas satisfaisant; il  pose des difficultés en termes de recrutement, de continuité dans l’enseignement secondaire général et professionnel, de traitement de la difficulté scolaire, d’élitisation de la filière. De plus,  le moyen envisagé pour l’atteindre, consistant à demander «à l’Etat de pouvoir disposer de la compétence relative à l’adaptation d’enseignement dans les matières concernées afin de pouvoir généraliser l’offre d’enseignement bilingue dans le premier degré.” » est suffisamment flou pour se poser la question des limites de la compétence revendiquée ; s’agit-il de territorialiser le recrutement et la formation des enseignants en bilingue (partie allemande) qui pour l’UNSA EDUCATION doit rester la prérogative de l’Education Nationale ? Nous revendiquons le développement de la diversité de l’offre d’enseignement des langues dans le service public organisé et assuré par l’Education Nationale. La politique des langues en Alsace ne peut se résumer à l’apprentissage de l’Allemand !

L’UNSA EDUCATION est la fédération des syndicats des différents métiers de l’Education Nationale (enseignants, chefs d’établissement, personnels administratifs, infirmières, médecins, assistantes sociales….) de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et de l’Education Populaire.