Comment l’IA 67 gère la nouvelle évaluation professionnelle ?

Informations communiquées par l’IEN-A lors du GT du 25 janvier 2018

Comment les IEN vont-ils formuler un avis ?

Chaque IEN va prendre la liste de tous les « promouvables » de sa circonscription.

Pour le passage du 6e au 7e échelon, il va pouvoir donner 30 % d’avis excellents qui permettent d’obtenir un « boost » qui accélèrera le changement d’échelon (cf nouveaux rythmes d’avancement).

Pour le passage du 8e au 9e échelon, il va pouvoir donner 30 % d’avis excellents qui permettent d’obtenir un « boost » qui accélèrera le changement d’échelon(cf nouveaux rythmes d’avancement).

Pour le passage à la hors classe, il n’y a pas de contingent sur le nombre d’avis excellent « distribuables »

Pour la classe exceptionnelle : Pour le 1er vivier, il va pouvoir donner un avis excellent à 15 % des collègues et très satisfaisant à 20 %. Dans le 2nd vivier, il pourra donner 20 % d’avis excellent et 20 % d’avis très satisfaisant

Les IEN  formulent un avis via l’application I-Prof sur chacun des agents promouvables. Un seul avis est exprimé par agent, même si celui-ci est promouvable à la fois au titre du premier vivier et du second vivier.

Remarque : puisqu’il s’agit d’un prorata, cela ne correspond pas forcément un nombre entier de personnes. Le nombre d’avis à donner par circonscription est arrondi à l’entier inférieur. Le reliquat départemental sera attribué lors d’une commission départementale propre aux IEN.

Avis du SE-Unsa : Comment fera un IEN qui aurait trop d’enseignants « excellents » parmi ses éligibles ? Tout cela n’est ni très objectif, ni très juste !

Sur quelle base sont attribuées les propositions d’avis par les IEN :

Les IEN doivent  s’appuyer sur un document établi au niveau départemental qui liste les descripteurs de compétences,  :

  • Au 6e échelon, il faut au moins 1 avis excellent par bloc de compétences et aucune compétence à consolider
  • Au 8e : il faut au moins 2 avis  excellents par bloc, et aucune compétence à consolider
  • Pour le passage à la hors classe : il faut au moins 3 avis  excellents par bloc, et aucune compétence à consolider

Pour les IEN, ce qui différencie un avis très satisfaisant d’un avis Excellent c’est la notion de «  moteur dans son école »

Pour les collègues éligibles aux 2 viviers : l’IEN formule un seul avis. Il détermine dans quel vivier il donne l’avis.

Les appréciations seront consultables sur I-prof.

L’appréciation arrêtée par l’IA-Dasen pour les promouvables à la classe exceptionnelle :

Elle est formulée à partir du CV I-Prof de l’enseignant et des avis rendus par les IEN.

Pour le premier vivier

L’appréciation qualitative porte sur le parcours professionnel, l’exercice des fonctions (durée, conditions, notamment dans le cadre de l’éducation prioritaire) et la valeur professionnelle de l’agent au regard de l’ensemble de la carrière.

L’examen du parcours professionnel de chaque agent doit permettre d’apprécier, sur la durée, son investissement professionnel, compte tenu par exemple des éléments suivants : activités professionnelles, implication en faveur de la réussite des élèves et dans la vie de l’école/établissement, richesse et diversité du parcours professionnel, formations et compétences.

Pour le second vivier

L’appréciation qualitative porte sur le parcours et la valeur professionnels de l’agent au regard de l’ensemble de la carrière.

L’examen du parcours professionnel de chaque agent doit permettre d’apprécier, sur la durée, son investissement professionnel, compte tenu par exemple des éléments suivants : activités professionnelles, implication en faveur de la réussite des élèves et dans la vie de l’établissement, richesse et diversité du parcours professionnel, formations et compétences.

Pour le premier vivier comme pour le second vivier, les appréciations « excellent » et « très satisfaisant » ne peuvent être attribuées qu’à un pourcentage maximal des candidatures recevables. Ces pourcentages sont fixés en annexe 1 au titre des années 2017 et 2018. Ces annexes seront complétées pour les campagnes suivantes.

A chaque avis correspond une bonification :

Excellent 140 points
Très satisfaisant 90 points
Satisfaisant 40 points
Insatisfaisant 0

L’avis du SE-Unsa :

Le SE-Unsa n’a jamais été favorable à la création d’un grade qui, à terme, ne concernera que très peu de collègues (montée en charge prévue pour un total de 10% du corps en 2023).

Rappelons-le, le SE-Unsa défend depuis toujours un avancement pour tous au rythme le plus favorable. Si les collègues qui feront une carrière complète seront dorénavant assurés de pouvoir tous accéder à la hors classe, nous jugeons que les mettre en concurrence sur la base du mérite sera tout-à fait dommageable. La création de la classe exceptionnelle sera à l’origine de nouvelles frustrations dans les écoles.

Pour nous, chaque agent devrait pouvoir envisager la possibilité d’atteindre ce grade, en particulier pour atteindre un indice supérieur avant son départ en retraite.

Le SE-Unsa dénonce une promotion au mérite qui laissera de côté un bon nombre de collègues qui n’ont pourtant pas démérité. De plus, la limitation du nombre d’avis par catégorie rend le système particulièrement injuste et subjectif. Nous dénonçons le poids prépondérant de l’appréciation donnée par le dasen sur l’ensemble de la carrière par rapport aux points d’ancienneté dans la plage d’appel.

Il est arbitraire voire dangereux d’évaluer la « valeur professionnelle » d’un agent sans critères plus précis ! De ce fait, une trop grande place est laissée à l’appréciation du recteur ou du Dasen. La nouvelle grille d’évaluation professionnelle, basée sur des compétences, ne peut être considérée en l’état comme objective. Pour pouvoir lui conférer ce caractère d’objectivité, impératif, il faudra que soit diffusée à tous la grille des indicateurs des niveaux d’acquisition de chaque compétence.

Afin de garantir une équité de traitement dans l’étude des dossiers de classe exceptionnelle, le SE-Unsa demande, dans l’immédiat que :

  • l’avis final du recteur ou du Dasen soit réétudié chaque année pour que tous les collègues éligibles puissent avoir un espoir d’accéder à ce nouveau grade ;
  • pour les titulaires remplaçants en éducation prioritaire, un remplacement supérieur à la moitié de l’année scolaire puisse être pris en compte pour une année complète ;
  • soit pris en compte l’exercice effectif en éducation prioritaire, quel que soit le poste, plutôt que la seule affectation ;
  • pour plus de transparence, les élus du personnel aient accès aux dossiers en amont de la CAP.