Evaluations nationales CP/CE1 et non accompagnement des élèves à notification MDPH. Audience SE-Unsa/Dasen du 7 novembre 2018

Le SE-Unsa 67 a rencontré l’IA-Dasen 67 mercredi 7 novembre 2018.

En bleu nos revendications,  en rouge les réponses de la DSDEN.

Pour le SE-Unsa :  Anne-Marie Haller, Laure Trémolières, Didier Charrié et Rodolphe Gaschi.
Pour la DSDEN : Thierry Dickele (Dasen par interim), Jean-Baptiste Ladaique,  Frédérique Rauscher, Brice Schobel,

Evaluations CP/CE1

1) Jusqu’à 10 heures de déduction doivent être possibles du quota des APC pour le temps exigé par la saisie des résultats ; Cette déduction jusqu’à 10h revendiquée par le SE-Unsa est actée par le Dasen. La saisie est ouverte jusqu’au vendredi 9 novembre.

2) Les 2 heures de réunion préparatoires doivent être déduites des 18h d’animations pédagogiques partout où ces réunions ont eu lieu. Elles doivent être comptabilisées dans le quota des deux demi-journées prévues dans le calendrier scolaire qui « pourront être dégagées, durant l’année scolaire, afin de permettre des temps de réflexion et de formation sur des sujets proposés par les autorités académiques. »
Pour les écoles qui auraient déjà utilisé ces deux demi-journées, une solution sera étudiée au cas par cas.

Le SE-Unsa souligne l’inéquité entre les circonscriptions, certaines n’ayant pas organisé cette réunion et d’autres ayant organisé la déduction de ces 2h sur les animations pédagogiques. 

3) les directeurs (5-13cl hors zep) et EMF concernés par ces évaluations doivent aussi voir ce temps supplémentaire compensé. Qu’en est-il de l’harmonisation des ORS de ces personnels au niveau départemental ? Qu’en est-il alors de la compensation de la saisie pour ces personnels ?

Pour ces personnels qui n’auraient pas de compensation autre, la compensation accordée est de 6h00 forfaitaires sur les animations pédagogiques.Pour les collègues qui seraient déjà dispensés d’animations pédagogiques, l’administration estime que la compensation est déjà effectuée.

4) Evaluations CP de février 2019 : comment le temps de saisie sera-t-il à nouveau compensé ? La problématique a été remontée au ministère par l’IEN chargé de mission académique pour les évaluations (M. SCHOBEL) et plus de précisions sont attendues après le 05/12/2018. Il n’y aura pas d’anticipation mais la question sera étudiée en temps opportuns. Le SE-Unsa sera très attentif à ce qu’une compensation soit accordée en fonction du travail supplémentaire engendré, dans la lignée de ce qu’a revendiqué et obtenu votre syndicat pour ces évaluatiosn de début d’année.

5) Remise en main propre des résultats des évaluations aux parentsLa remise en main propre et systématique aux parents des résultats de ces évaluations ne doit pas être hyper-cadrée par les IEN : Il faut faire confiance aux enseignants.  Dans le 67, toute confiance est accordée aux enseignants pour procéder non pas à une remise systématique mais bien d’agir en fonction des demandes et des besoins pour le bien être des enfants. Chaque enseignant jugera du moment le plus opportun et du moyen le plus efficient pour remettre les bilans de cette évaluation aux parents.
Le SE-Unsa saura rappeler aux IEN cet engagement de l’IA-Dasen.

AVS pour les élèves en situation de handicap : ce que vous dites… et les réponses du Dasen 67

1) Le SE-Unsa a présenté le constat chiffré issu de son sondage ICI
Début octobre, 122 écoles avaient répondu, dont 84 signalant l’absence d’au moins un AVS. 
46 écoles signalent un élève sans AVS
26 écoles signalent 2 élèves sans AVS
12 écoles signalent 3 élèves ou plus sans AVS
Quand on interroge les collègues sur les causes de l’absence d’AVS, 23% disent qu’ils n’en ont aucune idée, 5% que le contrat n’était pas arrivé, 7% que l’AVS n’était pas venu, 7 que l’AVS est venu mais n’est pas resté.

2) Le SE-Unsa a demandé un bilan actualisé de la couverture des notifications d’accompagnement.
91% des élèves avec notification MDPH sont accompagnés, soit 1418 situations (1er et 2° degrés confondus). Il reste donc entre 120 et 130 élèves dont la notification MDPH n’est pas couverte par la présence d’un AVS.
Tous les élèves ayant eu une notification MDPH avant la rentrée sont accompagnés.Toutes les ULIS sont pourvues d’un AVS mutualisé ainsi que d’AVS individualisés selon les notifications.
Au niveau de la formation des AVS, la DSDEN a repris la main et les 60h00 seront assurées. Ces 60h00 sont exclusivement ciblées sur le handicap. Les enseignants (heures non comptabilisées dans le cadre des AP) et les ATSEM peuvent en bénéficier. Le plan de formation est en ligne (http://www.circ-ienash67.ac-strasbourg.fr/avs/formation/plan-de-formation/).
Le SE-Unsa prend note mais regrette que ces temps de formation n’entrent pas dans le cadre des 18h00 d’Animations Pédagogiques.

3) Le SE-Unsa a dénoncé la non efficience du logiciel Galaxie
GALAXIE a remplacé le logiciel OSCAR particulièrement déficient  qui avait déstabilisé la rentrée 2016. Les derniers développement du logiciel actuel Galaxie l’ont rendu fiable depuis 15 jours [donc à compter de la rentrée des vacances de la Toussaint 2018, NDLR].
Mme RAUSHER remercie les ERH pour leur collaboration et leur engagement…
Le SE-Unsa prend acte de cette amélioration avec quelques restrictions puisque de l’aveu même de l’administration, il resterait quelques imperfections  qui seraient corrigées dès que la DSI pourra y consacrer du temps.
La problématique des absences d’un AVS (en particulier pour un congé ou en cas d’absence de nomination) a été abordée. Aucune réponse claire n’a été formulée par l’administration.

4) Le SE-Unsa interroge l’administration sur les critères de priorité d’affectation des AVS.
Les critères sont de plusieurs ordres :
– l’ancienneté de la notification tout d’abord.
– la priorisation en rapport avec la notion de priorité absolue
Ensuite intervient la notion de disponibilité de moyens humains. Il y a des territoires où la difficulté réside dans les possibilités de recrutement. Il est difficile de demander à un AVS de parcourir des dizaines de km pour se rendre sur son lieu d’affectation et donc l’ancienneté de la notification ne peut plus être le critère prioritaire dans cette situation.

5) Le SE-Unsa revendique pour les élèves non accompagnés un aménagement de la scolarisation si nécessaire (partielle ou reportée à l’arrivée de l’AVS), comme le permet leur PPS.
Une adaptation du PPS et donc de la scolarisation peut être envisagée et prononcée suite à une ESS diligentée par l’ERH. Un avenant formalisant cet aménagement doit être annexé au GEVASCO. Le SE-Unsa estime que trop de rigidité serait contreproductif et que toute confiance doit être accordée aux équipes pédagogiques, en partenariat avec les familles, pour l’aménagement de ce PPS, les ERH ne pouvant répondre à plus de sollicitations encore !