Rencontre intersyndicale avec la mairie de Strasbourg. 16 mars 2018.

L’intersyndicale des syndicats du premier degré de l’Education nationale dans le Bas-Rhin, a été reçue par Françoise Buffet, adjointe des affaires scolaires de la ville de Strasbourg, le 16 mars 2018.
La ville souhaitait seulement nous informer qu’elle entrait dans une démarche de concertation…
L’intersyndicale, de son côté, portait la parole de la très grande majorité des Conseils d’école de Strasbourg qui se sont prononcés pour la dérogation des 4 jours.

Le projet de la ville :
– Mme Buffet affirme qu’une organisation des rythmes scolaires doit être arrêtée au moins 6 mois avant pour pouvoir être mise en œuvre lors d’une rentrée scolaire, soit au mois de décembre précédent. C’est pour la ville le temps nécessaire à la réorganisation des activités péri-éducatives. La ville attendait aussi la parution d’un bilan des 4 jours et demi annoncé par le Ministère… (Bilan dont personne ne sait s’il sera fait)
– Les parents d’élèves ont été conviés par la ville le 15 mars. Les directeurs puis les inspecteurs le seront à partir de la semaine prochaine.
– Des conférences-débats (7) seront organisées dans les différents quartiers. Thématique : « Qu’est-ce qui permet l’épanouissement et la réussite des élèves. »
– Des groupes de travail seront ensuite mis en place pour réfléchir au scénario idéal.
– Des questionnaires seront adressés aux parents, aux enseignants, a priori pas les mêmes.
La ville n’aurait à ce jour aucune idée préconçue sur ce qui ressortira des concertations.
C’est suite à cette phase de concertation que la commune proposera soit une modification, soit la poursuite des rythmes actuels. Rappelons que le retour à 4 jours n’est possible que si la ville et la majorité des conseils d’école font la même proposition. ICI

Les organisations syndicales ont unanimement dénoncé la non prise en compte des avis des conseils d’école qui, dans leur majorité, se sont exprimés en faveur d’un retour à 4 jours ! Ils ont rappelé que le courrier du Maire de Strasbourg en début d’année scolaire a été souvent perçu comme une tentative de dissuasion de l’expression des conseils d’école. De plus, l’expertise des enseignants n’est pas entendue, tout comme en 2013.
Le SE-Unsa a rappelé que selon l’article D411-2 du Code de l’éducation, « le conseil d’école :
2° Etablit le projet d’organisation pédagogique de la semaine scolaire ;
3° Dans le cadre de l’élaboration du projet d’école à laquelle il est associé, donne tous avis et présente toutes suggestions sur le fonctionnement de l’école et sur toutes les questions intéressant la vie de l’école »
Ce sont donc bien les instances légitimes et règlementaires de la démocratie pour la « chose » scolaire, réunissant en leur sein parents, enseignants et représentants de la commune.

Françoise Buffet estime que la concertation doit être « plus large » et que le débat ne doit pas se focaliser uniquement sur la seule question « 4 jours ou 4 jours et demi »… Elle pense aussi que les conseils d’école ne sont pas suffisamment représentatifs (entendre : les parents n’y sont pas assez représentés).

L’intersyndicale réitère sa demande d’être reçue par le maire de Strasbourg pendant le rassemblement du mercredi 21 mars (15 heures).

Mobilisez-vous pour faire entendre la parole des conseils d’école, le 21 mars à 15heures, devant le centre administratif de l’Eurométropole, parc de l’étoile à Strasbourg. Tract et infos ICI