Rythmes scolaires… quand le ministre lève le voile !

La réforme des rythmes scolaires était à l’ordre du jour de la deuxième journée de discussions du 16 octobre 2012 sur la refondation de l’école.

Après avoir écarté la perspective d’un allongement de l’année scolaire, Vincent Peillon a dévoilé la pièce manquante aux diverses informations qui avaient été distillées jusqu’alors : 3h de classe le mercredi matin, des journées de classe de 5h les autres jours mais des enfants restant tout de même à l’école jusqu’à 16h30 et les devoirs faits avant de rentrer à la maison.

Aujourd’hui, le ministre a précisé son projet en avançant l’idée d’une prise en charge de cette aide aux devoirs par les enseignants eux-mêmes à raison d’une demi-heure par jour.

Le SE-Unsa lui a clairement exprimé son opposition, tant du point de vue des élèves que des enseignants :

  • Garder les élèves en classe entière une demi-heure par jour ne permettra pas de répondre à l’objectif fixé de mieux faire réussir tous les élèves.
  • Par ailleurs, cette perspective se traduirait par un service des enseignants du premier degré à 25h devant élèves (en classe entière) alors qu’il est aujourd’hui de 24h d’enseignement hebdomadaire et 60h d’aide personnalisée( dont il faut déduire le temps d’organisation).
  • Le tout en se déplaçant 36 jours de plus à l’école.

Pour le ministre, le contenu de ces deux heures hebdomadaires et des contreparties financières devront faire l’objet de nouvelles discussions. Le ministre annonce des négociations rapidement pour un arbitrage définitif fin novembre.

Le SE-Unsa exige que la réforme soit synonyme de progrès pour les enseignants des écoles et qu’elle prenne mieux en compte les différentes missions de leur métier. En l’état actuel, on est très loin du compte !

Voir ici les propositions du SE-Unsa au sujet des rythmes des enseignants.