Santé « fragile » et déconfinement : que faire ?

« Je souffre d’une pathologie et le contact social est à éviter, que faire?  »   » Un membre de ma famille doit être protégé, suis obligé de reprendre une activité en présentiel? ». Vos questions sont légitimes.  Le SE-Unsa 67 y apporte des réponses.

Existe-t-il une liste de pathologies ou situations reconnues officiellement comme « fragiles »?

La médecine de prévention de l’académie de Strasbourg se réfère à la liste des personnes à risque établie par le Haut Comité de Santé Publique -HCSP.

Je suis enceinte, puis-je être concernée?

Cette liste n’est pas limitative. La médecine de prévention peut décider d’aller au-delà des préconisations du HCSP. Par exemple, les femmes enceintes sont considérées à risque sur l’ensemble de la grossesse dans l’académie de Strasbourg (et pas seulement au troisième trimestre).

En ce qui concerne les pathologies non répertoriées, il peut s’agir de pathologies qui n’apparaissent pas comme telles dans le tableau mais qui entrent dans une catégorie par assimilation. Ce peut être le cas de certaines maladies orphelines. Dans ce cas la procédure est la même que pour les pathologies qui figurent explicitement dans l’avis du HCSP.

S’il s’agit essentiellement de troubles anxieux, il serait alors nécessaire de vous rapprocher de votre médecin traitant. A ce stade, il y a une incertitude sur les troubles anxieux : relèveront-ils de l’arrêt de travail au cas par cas où du maintien en travail à distance ? Cela dépendra probablement du contexte de travail et du caractère indispensable ou non du travail en présentiel.

Pour les proches de personnes fragiles (qui vivent dans le même foyer) : il leur est demandé là aussi de se rapprocher de leur médecin traitant. La médecine de prévention n’est pas compétente concernant la santé des proches.

J’ai déjà été infecté.e par le covid-19, que faire?

Un personnel qui aurait antérieurement contracté le Covid-19 et qui craindrait d’être encore contagieux doit consulter son médecin traitant.Etant donné les incertitudes concernant l’immunité (et parfois les incertitudes diagnostique car toutes n’ont pas été testées), la médecine de prévention privilégie la prudence et considère que ces personnes doivent être maintenues éloignées du service.

De quel aménagement puis-je bénéficier?

Vous pouvez demander une ASA ou le maintien en travail à distance à leur supérieur hiérarchique. C’est à vous d’effectuer cette demande en justifiant des avis du médecin de prévention, le cas échéant de votre médecin traitant. Pour le respect de la confidentialité, aucun certificat nommant une pathologie ne doit être transmis à une personne autre que le médecin de prévention.

Pour les personnels qui doivent protéger un proche, un maintien en travail à distance et ASA devraient être octroyés pour les personnes vivant sous le même toit que des personnes fragiles, au même titre que pour les personnes fragiles elles-mêmes.

Quelle démarche dois-je effectuer?

Le courrier de l’IA-DASEN du 4 mai annonçait un contact avec la médecine de prévention par mail ( ce.medecine-prevention67@ac-strasbourg.fr ). Mais en date du 7 mai, les médecins indiquent une difficulté à traiter toutes les demandes. De fait, la démarche est revue. Annoncé en audience et en CHSCT, vous pouvez  transmettre une attestation (sans mention de pathologie) de votre médecin traitant à votre IEN. Ce certificat doit indiquer la nécessité d’isolement.

Lors d’un contact avec la médecine de prévention, transmettre une copie sous forme de scan ou de photo d’un courrier médical concernant votre pathologie. Une ordonnance suffit pour beaucoup de maladies (asthme, diabète, cardiopathie, hypertension artérielle sévère…).

Pour toute difficulté ou question : 67@se-unsa.org