Elections ESPE: un vote qui te concerne !

Voici la liste soutenue par le SE-Unsa:

LAVAL Dominique, DU gpe 13

MULLER Florent, DU gpe 13

BELHADJ Rachel, DU gpe 8

ROTHWILLER Kévin, DU gpe 7

SEGARD Manon, M2 gpe 11

KAISER Jonathan, M2 Ingénierie formation

 

Pourquoi ces élections?

Permettre à 4 étudiants de siéger au Conseil de l’ESPE pour faire remonter des problématiques de formation et de terrain

 

Quand?

Mardi 1er et le mercredi 2 décembre 2015

 

Comment?

Se présenter à un bureau de vote avec sa carte étudiant ou un certificat de scolarité.

Par procuration en laissant la copie de sa carte d’étudiant à un autre étudiant. NOUS POUVONS VOUS TROUVER UN BINÔME !

 

Où?

Hall de l’ESPE de Strasbourg

Hall du bâtiment du Patio à l’Esplanade

 

Plus d’infos: seunsa67.formation@gmail.com

 

Les liens vers les détails complets sur le site de l’ESPE de Strasbourg :

https://espe.unistra.fr/ecole/conseil-decole/elections-au-conseil-decole-representants-des-usagers/

https://espe.unistra.fr/agenda/evenement/?tx_ttnews%5Btt_news%5D=8683&cHash=f0345b20f1f2f729a4199873b7db1766

 

 

Sorties et voyages scolaires : les consignes rectorales décryptées

Vous avez été destinataires le 19 novembre d’un mail (à lire ici) émanant du cabinet du recteur concernant les conditions d’autorisations de sortie.

Certains d’entre vous nous ont demandé un décryptage de cette dernière car ne comprenant pas vraiment les critères de classement (voyages scolaires et sorties scolaires) de ces activités. en effet, dans notre jargon nous parlons de “sortie sans nuitée” et “sortie avec nuitée(s)”.

La réponse est, pour le premier degré, dans l’introduction de la circulaire 99-136 qui dit :

“Les sorties scolaires avec nuitée(s) qui regroupent les voyages collectifs d’élèves, classes de découverte, classes d’environnement, classes culturelles, comprenant au minimum une nuitée, relèvent de la troisième catégorie…”

Les voyages scolaires sont donc ce que nous appelons couramment « sorties avec nuitée(s) » et sont déjà autorisées par l’IA-DASEN.

Par conséquent, pour le premier degré, la démarche demandée dans la première partie de la circulaire est sans effet puisque redondante (ce qui n’est pas le cas pour le second degré où de telles sorties sont autorisées par le chef d’établissement, circulaire 2011-117).

Notre conseil : pour toute sortie avec nuitée(s) accordée avant les évènements du 19 novembre, envoyer un mail par la voie hiérarchique (Mme l’IA-DASEN sous couvert de Mme/M l’IEN) pour demander confirmation du maintien de l’accord donné par l’autorité académique.

Si vous avez d’autres interrogations, n’hésitez pas à nous interpeler !

Audience SE-Unsa / DSDEN du 19 novembre 2015

Pour l’Administration :

Michèle Weltzer, Inspecteur d’académie-Dasen du Bas-Rhin

Sébastien Bernard, secrétaire général d’académie adjoint

Jean-Baptiste Ladaique, IEN-adjoint

Pour le SE-Unsa :

Anne-Marie Haller, secrétaire départementale

Laure Trémolières, secrétaire écoles

Nathalie Meyer, secteur formation

Didier Charrié, direction/ réglementation

Les réponses de l’administration sont notées en bleu dans le compte-rendu ci-dessous.

1 Le dialogue social :

Nous faisons référence à notre déclaration liminaire du 12 novembre, en CAPD, relative à la qualité du dialogue social. Nous sommes convaincus au SE Unsa que les non-dits amènent le divorce. Un peu d’étiologie :

– 2 septembre, CAPD : Points divers non débattus en séance. Les réponses de l’administration, arrivées par mail ne nous ont pas satisfaits.

– Courrier de l’IA du 28 septembre relatif au remplacement des représentants du personnel dans les instances. Pas d’intention de restreindre le dialogue social. Ces décisions avaient été prises sur les seuls constats de problématiques de remplacement. Le courrier envoyé par le SE-Unsa a simplement conduit l’IA à changer d’avis.

– CAPD du 12 novembre, placée en après-midi. L’ensemble des points divers n’a pas été traité. Concernant les points divers : l’IA demande que ces points soient plus précis pour répondre le plus justement à la situation qui est soulevée derrière.

– Annonce faite en Groupe technique « bilan mouvement » que le CTSD de bilan n’aurait pas forcément de raison d’être. Les représentants des personnels ont alors réaffirmé leur attachement à ce CTSD de rentrée.

Quand les choses sont discutées en GT, pas toujours besoin d’y revenir en CAPD ou CTSD. L’IA concède un réel cafouillage sur le CTSD. C’est le mail de l’Unsa Education qui leur a fait réaliser que les services se sont mal compris. CTSD : changement de modalité pour des raisons pratiques. Les délégations complètes sont toujours conviées tout au long de la journée, mais leurs membres s’organisent en fonction de l’ordre du jour. Le quorum est toujours évalué le matin et lors d’un vote, ce sont les présents au moment du vote qui comptent. Pour le prochain CTSD, la DASEN devra partir vers 16.15 et ne pourra faire autrement.

– Autre cause du ressenti du SE-Unsa : l’administration a désigné des représentants de différentes catégories de formateurs. Quelle est leur légitimité par rapport à la nôtre qui sommes élus de tous les personnels ? On nous a renvoyé dans différentes instances que nos remarques étaient étranges puisque les représentants désignés par l’administration n’avaient rien fait remonter. Qui serions-nous donc nous, élus du personnel, à part les légitimes porte-parole de ces catégories de métier ?

C’est un étonnement de ne pas avoir de retour des collègues concernés directement. L’administration a besoin de représentants des EMF  pour une nécessité fonctionnelle : faire passer des informations et échanger rapidement des informations pour faire fonctionner le système. Mais l’administration affirme que les remontées syndicales sont prises très au sérieux.

– Sur l’idée même du dialogue social : notre définition est exigeante et ambitieuse. Pour nous, ce que nous appelons «  points divers » en instances ne sont pas des questions diverses, le dialogue social n’est pas qu’un jeu de questions/réponses. Mais bien un débat sincère et courageux qui doit être mené. Certes, il est de la responsabilité de l’IA-DASEN de décider. Mais nous avons le sentiment de n’être que rarement écoutés dans les instances.

« J’écoute ce que vous dites, j’entends, mais il y a des fois où je ne vous suivrai pas. Je ne suis pas partisane de la co-gestion. Les situations individuelles pour lesquelles il y a désaccord dans les instances permettent de reconsidérer les méthodes pour les décisions ultérieures.

Jean Cocteau disait : « Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour ». Nous dirions qu’il n’y a pas de dialogue social, il n’y a que des preuves de dialogue social. Alors si les décisions sont déjà prises en amont des instances qui ne sont que les lieux qui entérinent, alors devons-nous essayer de le mener autrement, ce dialogue? A d’autres moments, en amont des instances ? En rencontres informelles comme vous en aviez l’habitude dans votre précédent département ? En audience régulière (une par trimestre ?)

Par le passé, dans ce département, des audiences plus régulières avec les organisations syndicales se tenaient. L’administration elle-même a été étonnée que ces habitudes se perdent… Quand une demande d’audience arrive, l’administration y répond le plus vite possible. Dans une situation d’urgence, l’IENA est l’interlocuteur. Des groupes techniques continuent d’exister. L’administration nous assure de son absolue sincérité dans les projets qui nous sont présentés dans les instances. Il n’y a pas derrière de calcul stratégique en termes de concessions potentielles aux syndicats pendant les instances. Le dialogue social ne se mesure pas en nombre de modifications obtenues par intervention syndicale.

 

2 La direction d’école

Le protocole de simplification des tâches 

Pour mémoire, les GT « simplification des tâches » de l’an dernier ont traité différents domaines : Révision du barème de classement des écoles pour l’octroi d’une aide administrative/ TBE / Formation des directeurs/ Diffusion des circulaires/ Charte de bonne utilisation du courrier électronique.

Où en est le protocole de simplification des tâches ? Quelles simplifications concrètes entraînera-t-il ?

Concernant la rédaction du protocole : le SG n’a reçu qu’hier le protocole du 68 ( !!). Il a fait une note au rectorat pour la mise en place d’une instance de suivi académique de mise en œuvre du protocole. En regard des conditions de travail des directeurs, le temps administratif est trop long !l

Concernant les effets concrets : des choses se mettent en place, mais pas toujours de la façon la plus efficace. Ce point a été abordé dans le cadre de la gestion avec la centrale (comprendre : le ministère).

-Les avancées sont plus visibles pour les nouveaux directeurs que sur les anciens, la mise en place du tutorat ayant entraîné des avancées dans l’accompagnement dans la prise de fonction.

-Certaines procédures sont simplifiées. Mais pour les directeurs plus expérimentés, cela entraîne en effet des changements d’habitude…

Le SE-Unsa note une diminution des mails, sauf pour la communication rectorale.

L’administration dit avoir travaillé à la chaine de transmission des messages, sur la rationalisation de la boite académique. La sécurité du serveur académique a été renforcée pour résister aux attaques.

Concernant les événements terroristes du week-end dernier : l’administration s’est efforcée de donner le plus vite possible des instructions et des ressources les plus claires possibles.

Le TBE : pas un outil de simplification… mais de complexification !

Le SE-Unsa demande, pour les directeurs, un TBE :

– Intuitif et facile d’emploi

– Sans redondance avec base élève

– Fiable et sans erreur

– Relayé par une circulaire mail dès qu’une nouvelle demande institutionnelle apparaît.

Aujourd’hui, les directeurs se mettent à TBE quand ils ont le temps : cela montre que cet outil ne leur simplifie pas la tâche, ne leur est pas utile !

L’administration avoue qu’il y a des choses à améliorer…

La DASEN est convaincue que le TBE est (sera) un vrai plus. Notre académie étant l’une des académies- pilotes sur cet outil, elle concède cependant que les directeurs du 67 « essuient les plâtres ». Un groupe constitué de directeurs est pourtant chargé de tester les évolutions du TBE, mais à force de l’utiliser, ils sont devenus experts et ne sont plus représentatifs de l’ensemble des directeurs. Le groupe va être élargi pour être plus représentatif, l’administration nous engage à lui proposer des noms de directeurs intéressés par ce groupe de travail (force de proposition et de questionnement, de tous niveaux en TICE)

Il est impératif que cet outil soit amélioré rapidement. Nous demandons que les IEN lèvent la pression sur l’utilisation du TBE.

La DASEN indique que ce point a été abordé au dernier conseil d’IEN (le 10 novembre). Le calendrier a été fixé, mais la souplesse est demandée à tous les niveaux. L’IA nous affirme qu’elle a appuyé sur le frein.

Outils nécessaires pour les directeurs : Le SE-Unsa revendique aussi que différents protocoles soient clarifiés /renvoyés : Autorisation du droit à l’image/Signalements enfance en danger/ information préoccupante / accidents scolaires / harcèlement/ procédure de mise en place d’un dossier MDPH / Quoi faire si un enfant n’est pas recherché ?/ L’utilisation des différents registres (SST, danger imminent), etc.

Concernant le travail du CHSCT, si on veut vraiment que soient mis en place les différents registres de sécurité dans les écoles, il faut que l’administration ait une communication claire, et qu’elle sorte d’un langage trop administratif. Le SE-Unsa relève une inertie certaine et rappelle pourtant que les membres du CHSCT font à l’administration des propositions concrètes…

L’administration avoue une marge de progrès en communication.

 

3 La nouvelle grille d’inspection des enseignants

Le SE-Unsa demande depuis plusieurs années un groupe de travail sur l’évaluation et l’inspection.

Notre colloque « Gestion des ressources humaines » du 4 décembre fera une large part à cette problématique du rapport entre Contrôle/évaluation des enseignants et confiance hiérarchique.

Nous rappelons deux éléments de notre sondage d’octobre 2014

Inspection perçue comme une épreuve : 91%

45% déclarent ne pas connaître précisément les attentes de l’Inspecteur, ne pas savoir sur quels critères ils sont évalués 

Nos questions :

Le questionnaire préalable à l’inspection est-il harmonisé ?

Y a-t-il des modifications en cours quant au protocole et aux critères de l’inspection-évaluation ?

Pour le SE-Unsa il est nécessaire que les enseignants connaissent parfaitement sur quels critères ils sont évalués si on veut sortir de l’inspection telle quelle est perçue majoritairement, à savoir anxiogène car opaque et parfois arbitraire.

Le collège académique des IEN travaille sur ce dossier.

Ce qui a changé : le formulaire qui sert aux IEN à rédiger le rapport. Il est basé sur le nouveau référentiel de compétences des PE soit 19 compétences (à redécouvrir ici)

Ce qui est en chantier : le questionnaire préalable à l’inspection. L’administration veut aboutir à quelque chose de simple, autour des compétences, qui sert à préparer l’entretien professionnel, et non plus un catalogue hétéroclite tel qu’il peut se décliner aujourd’hui.

L’IA veut inciter les enseignants à réfléchir sur leurs compétences qu’ils veulent faire reconnaitre, et veulent approfondir. L’inspection est le moment où on peut valider les compétences. Cela se veut un outil professionnel propice au dialogue entre deux professionnels.

Le SE-Unsa demande que la note de service de rentrée de toutes les circonscriptions présente l’inspection et l’entretien professionnel (leurs objectifs , ainsi que les critères de l’évaluation)

Pour la DASEN : c’est un sujet complexe et il y a un problème autour du mode d’évaluation mais pas de la notation.

 

4 Les programmes de maternelle et les livrets de progrès  

Livrets de progrès

A ce jour pas de textes règlementaires parus, mais présentés au CSE du 10 octobre. Un point info de la DGesco existe. Nous savons que des consignes diverses ont été données aux directeurs de maternelle. Quelle consigne en Conseil d’IEN ?

Pour le SE-Unsa il ne doit y avoir aucune précipitation ! La mise en place se fera à la prochaine rentrée. La seule priorité est de permettre aux collègues de s’approprier les nouveaux programmes, cette année.

Consigne donnée aux IEN : on prend le temps, on accompagne les équipes dans une réflexion. On n’est pas sur l’imposition d’un document départemental.

Pas d’échéance pour les écoles qui travaillent à un rythme semestriel.

La ville de Strasbourg, par exemple, duplique les actuelles pochettes de livrets en nombre. Il faut anticiper les changements. On n’est pas encore prêts.

C’est la pratique de l’évaluation qui est interrogée, pas tant l’outil pour reporter les résultats. La réflexion doit se centrer là-dessus.

Il n’y a pas de circonscription test. On attendra les textes. Si nécessaire, une circulaire départementale fixera le calendrier.

Il faut aussi préparer la communication aux parents, accompagner les enseignants sur ce point. Aucune pression ne doit être exercée par les IEN.

 

5 Les formateurs

Stagiaires en renouvellement de stage : Le SE-Unsa a fait part de retours du terrain, relevant que des stagiaires se sentent perdre les moyens, comme paralysés par la pression. Pour le SE-Unsa, ces collègues sont en formation et nécessitent un accompagnement. Nous avons fait appel à la cohérence pédagogique et demandé à l’administration d’agir avec la même bienveillance que celle requise par les enseignants à l’égard de leurs élèves.

Formation des tuteurs : En conseil de formation, l’administration a relevé une difficulté observée par de nombreux tuteurs de stagiaires: passer du statut d’étudiant à celui de responsable d’une classe. Le SE-Unsa a proposé que les formateurs profitent des travaux de recherche sur l’identité professionnelle des étudiants « qui basculent dans le métier ». Cette thématique est abordée dans le second degré dans le prochaine formation à destination des 350 tuteurs.

EMF : Nous avons fait part des premiers éléments de l’enquête que mène le SE-Unsa à laquelle la moitié des EMF a déjà répondu.

Nous avons demandé que l’administration reconnaisse les conditions d’exercice particulières de certains tuteurs ; notamment ceux qui accompagnent 4 stagiaires dont une partie dans un autre cycle que le leur. Nous relevons qu’en terme de GRH, il est possible de faire mieux qu’en envoyant le même mail à 45 personnes pour leur annoncer une mission. ..

CPC : le SE-Unsa demande que la mission de tutorat assurée en 2013-2014 soit reconnue. Si une indemnisation n’est pas possible, nous demandons le versement d’heures supplémentaires. Nous insistons sur le besoin de revenir vers les collègues sur ce point et de ne pas passer cette problématique sous silence

MAT : Le SE-Unsa demande de pérennisation de la formation spécifique pour ces collègues. Nous relevons que ce qui a été proposé cette année cherchait à trouver un équilibre entre information et formation à des gestes professionnels spécifiques.

 

6 L’heure de morale alsacienne et l’EMC 

Des programmes en EMC. Quels programmes en morale ?

On fait comment en Alsace Moselle pour boucler des programmes prévus pour 24h dans nos 22h ? Sur 5 ans = 6 mois de temps scolaire en moins !

En morale, on traite le même programme qu’en EMC, de façon approfondie.

Nous sommes dans un statut scolaire particulier que l’académie respecte. Nous faisons remonter cette question. Elle ne relève pas du Recteur ou du DASEN, ni même seulement du ministère de l’Éducation Nationale.

Le SE-Unsa rappelle que les IEN doivent prendre en compte que nous n’avons que 22h pour effectuer les programmes. Ne jamais oublier cela, notamment lors des inspections !

Concernant la formation spécifique sur l’EMC, de nombreux collègues n’ont pas compris ses objectifs. Elle était de haute tenue philosophique, mais n’a pas répondu aux attentes et aux besoins des collègues.

 

7 Les critères d’ineat dans le Bas-Rhin

Le SE-Unsa dénonce l’absence d’équité qui a prévalu dans les décisions de l’Administration locale, en matière d’ineat dans le Bas-Rhin. Le barème « permutations » n’a pas été le critère de départage des demandeurs d’ineat ( ! ) et 4 dossiers handicap non même pas été traités.

La dasen comprend nos interrogations. Il ne s’agissait pas d’une décision départementale, mais la dasen assume cette décision.

 

 

 

 

CAPD du 12 novembre 2015 : formation continue

Lire la déclaration liminaire du SE-Unsa (qualité du dialogue social) : ICI

Installation de la CAPD : remplacement de Mme Wilidahl par Mr Gleitz. Mme Eckert devient suppléante.

Pour le SE-Unsa, Agnès Knipper devient titulaire et Sylvie Losser sa suppléante (remplacement de Jean-Jacques Pruneta).

Les comptes-rendus du 13.11.2014 et du 12.03.2014 ont été approuvés

Stages de formation continue :

Un stage est annulé à ce jour : le module 8365 sur l’intergénérationnel dans l’éducation.

Une relance pour des stages qui ne sont pas complets va être effectuée.

Le SE-Unsa informe automatiquement ses adhérents des stages obtenus. Les candidats qui veulent connaître leur barème « stage PAF» peuvent nous contacter.

Les questions/remarques du SE-Unsa sur les stages de formation :

  • 1 seul départ possible par collègue et non plusieurs stages ?
  • Oui pour les stages en tant que volontaire. Par contre un collègue peut faire partie du public désigné de plusieurs stages ou cumuler ces deux types de stages.
  • Nous relevons la situation d’un collègue dont la candidature est retenue en vœu 1 ; mais le stage n’aura lieu que si la relance suscite d’autres candidatures. Si le stage du voeu1est finalement annulé, la candidature sur les autres vœux (stage à ce jour incomplet) est-elle reportée ? Le collègue doit participer à la relance, il n’y a pas de bascule automatique. Conclusion : si la relance concerne un stage qui vous intéresse, même si vous l’avez déjà demandé dans vos vœux, postulez une nouvelle fois lors de la relance. En cas d’annulation d’un stage, il n’y a pas de report de votre candidature.
  • Nous déplorons le fait que les stages Allemand soient réservés à un public et interrogeons sur les critères de « désignation des collègues ». Public désigné = 1 enseignant par cycle par circonscription soit donc 3 enseignants par circo. Adressé à ceux dont IEN sait qu’ils ont des compétences en langue allemande mais qui en doutent pour enseignement en bilingue ou enseigner l’allemand extensif. L’administration dit vouloir les former et les encourager mais que les collègues décideront bien des suites qu’ils donneront à cette formation. Le SE-Unsa a insisté sur le respect du volontariat des collègues. Ces deux jours de formation ne seront certainement pas suffisant pour lever tous les doutes, construire toutes les compétences nécessaires à l’enseignement extensif… La participation à cette formation ne doit pas se transformer en un « oui » automatique pour un ZIL de remplacer en classe bilingue, remettre en question l’attribution d’intervenants en langue…L’administration évoque les appels à candidatures sur ce stage comme étant une erreur. Ils ne sont conçus que pour un public désigné. Les collègues qui s’étaient inscrits volontairement auraient été contactés.

L’information d’une baisse de note  a généré un débat entre l’administration et les représentants du personnel.

Au cours de ce débat, l’administration a évoqué la mise en place d’un plan d’accompagnement des collègues au niveau académique. Il s’agit d’un protocole d’accompagnement pour des enseignants que l’administration a repéré être en difficulté. Il s’agit d’un dispositif d’aide. Interrogée sur « la limite d’un accompagnement sur plusieurs années » sans atteindre les objectifs attendus, l’administration répond que cela peut être une commission disciplinaire qui propose licenciement pour insuffisance professionnelle. Mais l’objectif du protocole d’accompagnement des collègues est d’éviter cette issue.

Postes à profil : l’administration informe des nominations sur les postes à profil  de CPD de l’adaptation , Chargé de mission AVS , CPC TICE , Enseignant au centre éducatif fermé de Saverne , Conseiller Pédagogique ASH.

Mouvement et postes à profil : Information sur la proposition du SE-Unsa faite lors du dernier groupe de travail :

La proposition a trouvé un écho favorable auprès de la DASEN. L’IA attendra les nominations au 1er temps du mouvement pour faire se tenir les commissions de recrutement. Les appels pourront être lancés avant la CAPD, mais pas la tenue des entretiens.

Bilan du DIF : tout ce qui est demandé est accordé sauf une situation particulière

Questions diverses:

  • 9 jours de formation en REP +.Le cadre est défini au niveau départemental. Chaque réseau s’organise avec l’IEN (4 jours présentiels + 5 jours propre au réseau). Si une formation a lieu hors temps scolaire, le remplacement est effectué à une autre période pour que les collègues puissent « récupérer ».
  • Aucune journée banalisée pour travailler en équipe sur les nouveaux programmes n’est prévue
  • Bilan du remplacement au 6 novembre :Les réponses effectives aux besoins : 18 623 demi-journées cette année soit une couverture  de 89 % contre 15 923 demi-journées soit 84 % en 2014
  • La capacité de remplacer dans les écoles (le rendement) est de 77% cette année contre 65 % l’an dernier
  • Autorisation d’absence pour se rendre à des obsèques. Si l’équité de traitement sur le plan départemental est souhaitable, l’examen de ce type demandes nous semble à réaliser avec bienveillance. L’IA indique que la première situation qui leur sera soumise sera examinée le plus humainement possible. Pour un ascendant ou un descendant, l’autorisation d’absence est de droit. Lorsque le lien familial n’est pas celui-ci ou pour des proches, actuellement la réponse peut varier d’une circonscription à l’autre. Le SE-Unsa rappelle que sans traitement signifie sans AGS. Cela peut être lourd de conséquence lors du mouvement ou des changements d’échelon…L’IA dit mener une réflexion sur l’harmonisation départementale de ces demandes et l’accord d’autorisation d’absences sans traitement.
  • Stagiaire : cours à l’ESPE et obligation des 108h (conseil d’école – animation pédagogiques). Principe de base : jour l’ESPE, on reste à l’ESPE. Ce principe s’applique dans le cas d’une animation pédagogique qui a lieu en fin de journée. . L’IA admet que ce point demande une clarification en direction de l’ESPE et des écoles.  Par ailleurs, l’ESPE se plaint d’un fort taux d’absentéisme non autorisé. L’ IA indique aussi avoir relevé des absences de stagiaire et procède désormais au retrait de trentièmes. Le SE-Unsa attire l’attention des stagiaires sur le fait qu’une telle mesure impacte sur le barème Quelques centièmes au barème = quelques centaines de places en terme de classement à barème égal…
  • Calendrier de la mise en place du TBE et conseils d’écoles : Ce qui était demandé avant le premier conseil d’école : saisir les 3 objectifs. Pour le 30 novembre : indicateurs choisis pour les actions ; le cas échéant, les valeurs cibles ; indiquer les actions ; faire correspondre les objectifs académiques avec les axes retenus.Rappel : Seuls les objectifs, le plan d’action et les indicateurs saisis dans TBE sont validés par l’IEN. Les fiches action et tous les documents de travail restent au niveau de l’école. Il y a le temps jusqu’au 2e conseil d’école pour finaliser le plan d’action et les fiches. Seuls les objectifs du projet d’école doivent être arrêtés. Lors d’un conseil d’IEN, l’IA dit avoir rappelé que ce travail doit se faire sans pression : l’outil est nouveau, des problèmes techniques existent, les programmes sont en cours…
  • Décharge des directeurs et remplacement: l’IA dit faire au mieux. L’objectif est bien que les collègues bénéficient des jours de décharge auxquels ils ont droit.
  • Questionnaire de pré-inspection : Le SE-Unsa demande que le questionnaire soit envoyé le plus tôt possible au collègues pour qu’ils disposent d’un maximum de temps pour le compléter. Laisser strictement le délai des vacances est inadmissible. Par ailleurs, nous relevons la longueur variable de ses questionnaires. L’IA prend note de la proposition et indique que le collège des IEN prévoit de travailler sur ce point.
  • Enseignement de l’allemand : Le SE-Unsa s’inquiète de l’attribution des intervenants. La participation à ces stages vise -t-elle à terme la réduction de ces moyens?  L’IA dit ne pas avoir mené de réflexion en ce sens. En quoi consistent la démarche de formation et l’engagement (indiqué dans la circulaire) ? Répondre à un stage.
  • Aides aux collègues affectés en ASH sans être spécialisés : tous sollicités au stage nouvellement nommé par lieu d’enseignement (EREA, SEGPA, coordonnateurs ULIS…)
    • Accompagnement individuel : aide des CPC, ressources humaines, numériques….
    • Lauréats des concours privés, T1 : parcours individuel
    • T1 : 3 visites individuelles T2 : 2 visites individuelles
  • CPC et tutorat de stagiaire l’an dernier : Le SE-Unsa déplore le fait que l’administration ne reconnaisse pas la charge de travail supplémentaire effectuée. Les collègues s’étaient engagés dans cette mission dans des conditions annoncées à tous. Pour le SE-Unsa, le volte-face de l’administration ne va pas dans le sens du respect des personnels, de la confiance que les agents peuvent avoir envers leur employeur.

Formation continue et dialogue social : déclaration en CAPD du 12.11.2015

Madame l’Inspecteur d’académie,

Nous voilà réunis devant les résultats de la campagne du plan de formation 2015/2016.

Notre sentiment du jour est plutôt amer. Amertume devant la faiblesse des moyens alloués, cette année de nouveau, à la formation continue des enseignants. Amertume ensuite sur la forme que revêt, plus généralement, le dialogue social dans notre département.

En tant que responsable des choix politiques dans notre département, vous avez pris des décisions. Vous avez cette année à nouveau, effectué des choix, priorisé telle formation aux dépends de telle autre, ou restreint l’accès à certaines en ne les offrant qu’à des publics désignés.

La CAPD réunie aujourd’hui n’aura donc d’autre rôle que d’entériner vos choix. Pas de groupe de travail, pas de débats paritaires en amont, rien n’a permis aux commissaires paritaires d’être associés à vos décisions. Le conseil de formation, du moins tel qu’il fonctionne aujourd’hui, ne permet pas, lui non plus, de travailler sur le plan départemental de formation. L’ensemble des syndicats avait déjà dénoncé cet état de fait lors de plusieurs instances.

Les résultats de la campagne nous sont parvenus il y a quelques jours sans explication, ni sur les critères, ni sur les choix qui sont faits. Un mail laconique nous expliquait seulement un changement de stratégie quant au « pilotage de l’allemand ». Dans les documents qui nous ont été envoyés, les 3 stages d’allemand n’apparaissent pas.

L’an prochain, d’importantes réformes seront à appliquer : nouveaux programmes, nouveaux cycles. Ce n’est que par la formation des enseignants que ces enjeux majeurs pourront être mis en place sereinement dans les classes. Car le manque de formation des enseignants occasionne la souffrance au travail. L’obligation qui leur est faite, toujours croissante, d’appliquer les réformes, sans y avoir été suffisamment préparés au préalable, ne peut constituer la solution.

D’autres éléments sont inquiétants. Votre courrier adressé le 28 septembre aux élus du personnel reste pour nous une énigme. Et même si, au final, son contenu est caduc, ses effets sont durables sur les représentants du personnels que nous sommes. Quel était votre objectif dans ce courrier, Madame l’Inspecteur d’Académie, sinon de tenter de restreindre le dialogue social dans le 67, en oubliant les textes règlementaires qui le régissent ? Notre vigilance et notre réaction immédiate vous auront fait changer d’avis, et c’est tant mieux, mais l’amertume subsistera. Et l’incompréhension aussi.

Dans le même ordre d’idée, nous apprenons par une dépêche AEF du 10 novembre que le Bas-Rhin fera partie des départements volontaires pour l’expérimentation de la mixité sociale dans certains collèges. Nous demandons que les instances paritaires soient véritablement associées à ce travail. A ce jour, elles ont été informées par seule voie de presse. Dialogue social, où es-tu ?

Par cette déclaration liminaire nous souhaitons réaffirmer ici, que :

– le fonctionnement des instances départementales où nous sommes élus ou désignés n’est pas à la hauteur des enjeux de la refondation. Ces instances ne sont pas que des chambres d’enregistrement pour les choix qu’effectue votre administration. La CAPD, le CTSD, le CHSCTD, le conseil de formation doivent être les lieux où l’on débat, où l’on s’écoute vraiment, où l’on travaille, et où l’on avance, collectivement. Les collègues et leurs élèves méritent et attendent un fonctionnement paritaire plus efficace, plus pertinent.

– Notre conviction, intacte, reste la suivante : le service public d’éducation ne fonctionnera mieux que si ce dialogue social est réel et sincère.

Nous souhaitons, Madame l’Inspecteur d’Académie, vous reparler de ce point important, lors de l’audience que vous accorderez au SE-unsa la semaine prochaine

Permutations 2015/2016 : la circulaire est parue !

Calendrier prévisionnel 2015/2016

  • parution du BO le 12 novembre  Le BO   Annexes
  • dates d’ouverture de SIAM : 19 novembre au 8 décembre 2015
  • résultats prévus pour le 7 mars 2016

 Les élus du SE-Unsa vous accompagnent tout au long des opérations pour :

  • vous proposer un suivi personnalisé, calcul de barème, estimation des chances d’intégrer le département désiré, recherche de la meilleure stratégie possible…
  • vous aider techniquement à saisir vos vœux sur I-prof
  • vous aider à constituer votre dossier au titre du rapprochement de conjoint ou du handicap
  • vous guider dans le calendrier en vous envoyant des messages de rappel
  • vous communiquer, vérifier avec vous vos vœux et barème retenus par l’administration afin d’en corriger les erreurs éventuelles, lors des groupes de travail ou des commissions administratives paritaires départementales (CAPD)

Après les résultats, prévus pour mi-mars 2016, le SE-Unsa vous accueillera et vous guidera dans votre nouveau département (contacts, aide dans les opérations du mouvement départemental) ou vous aidera à constituer un dossier d’ineat/exeat en cas d’échec.

Contactez-nous ou complétez le formulaire en ligne ICI

 

CRPE 2016 : augmentation générale du nombre d’inscrits

Les inscriptions au CRPE 2016 closes depuis le 15 octobre 2015, il est temps de faire un point sur le nombre d’inscrits.

 

A noter que le concours exceptionnel de Créteil sera ré ouvert pour 2016 et que le nombre d’inscrits croissant pour cette académie sera le bienvenu.

Le nombre de postes offerts au CRPE 2016 par académie devrait être connu fin novembre.

 

Répartition des inscriptions aux CRPE externes 2016

Académie

Concours externe

Concours externe spécial

3ème concours

Aix-Marseille

3 642

710

Amiens

1 507

393

Besançon

1 228

Bordeaux

3 899

41

722

Caen

1 360

154

Clermont-Ferrand

1 426

226

Corse

332

89

57

Créteil

5 151

1 161

Dijon

1 428

296

Grenoble

3 255

482

Guadeloupe

765

191

Guyane

757

8

98

La Réunion

1 969

19

609

Lille

3 655

885

Limoges

944

118

Lyon

3 741

668

Martinique

674

52

141

Montpellier

3 459

70

707

Nancy-Metz

1 727

13

395

Nantes

3 296

7

694

Nice

2 162

5

548

Orléans-Tours

2 211

382

Paris

2 932

429

Poitiers

1 716

259

Reims

1 133

182

Rennes

2 641

96

607

Rouen

1 555

345

Strasbourg

1 736

86

276

Toulouse

3 451

46

Versailles

5 064

1 056

 

Evolution du nombre d’inscrits au CRPE externe entre 2015 et 2016

Académie

Nombre d’inscrits

Rappel 2015

Evolution

en %

Aix-Marseille

3 642

3 076

+ 18,4

Amiens

1 507

1 441

+ 4,6

Besançon

1 228

925

+ 32,8

Bordeaux

3 899

3 380

+ 15,4

Caen

1 360

1 003

+ 35,6

Clermont-Ferrand

1 426

1 084

+ 31,5

Corse

332

279

+ 19

Créteil

5 151

4 739

+ 8,7

Dijon

1 428

1 273

+ 12,2

Grenoble

3 255

3 036

+ 7,2

Guadeloupe

765

637

+ 20,1

Guyane

757

598

+ 26,6

La Réunion

1 969

1 823

+ 8

Lille

3 655

3 245

+ 12,6

Limoges

944

857

+ 10,2

Lyon

3 741

3 463

+ 8

Martinique

674

560

+ 20,4

Montpellier

3 459

3 090

+ 11,9

Nancy-Metz

1 727

1 543

+ 11,9

Nantes

3 296

3 026

+ 8,9

Nice

2 162

1 857

+ 16,4

Orléans-Tours

2 211

2 021

+ 9,4

Paris

2 932

2 486

+ 17,9

Potiers

1 716

1 743

– 1,5

Reims

1 133

883

+ 28,3

Rennes

2 641

2 320

+ 13,8

Rouen

1 555

1 308

+ 18,9

Strasbourg

1 736

1 436

+ 20,9

Toulouse

3 451

2 967

+ 16,3

Versailles

5 064

5 689

– 11

TOTAL

68 816

63 067

 

Le nombre d’inscrits aux concours internes du premier degré à également progressé par rapport à la session 2015 : 3 587 inscrits en 2015 (contre 2 433 en 2015) qui se répartissent ainsi :

* second concours interne : 2 796

* second concours interne spécial : 109

* premier concours interne : 682

Saisie des effectifs sur base élève : délai rallongé

Suite au dysfonctionnement constaté sur base élève (mention “aucune demande”…) le SE-Unsa s’est adressé à l’administration pour obtenir la souplesse nécessaire pour les directeurs chargés de saisir leurs prévisions d’effectifs. Ce sera chose faite : les directeurs pourront encore effectuer cette saisie pendant la période allouée à l’IEN sur base élève.

Enseignants de l'Unsa 67

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com