Répartition académiques des postes pour le CRPE 2013-2 concours exceptionnel

Répartition académiques des postes pour le CRPE 2013-2 concours exceptionnel
Académie concours externe concours externe spécial troisième concours second concours interne second concours interne spécial
Aix-Marseille 290 0 10
Amiens 310 0 10
Besançon 98 0 2
Bordeaux 271 14 15
Caen 127 0 3
Clermont-Ferrand 95 0 5
Corse 17 12 1
Créteil 1090 0 30
Dijon 160 0 10
Grenoble 413 0 7
Guadeloupe 51 1 3
Guyanne 138 2 15
Lille 499 0 11
Limoges 62 0 3
Lyon 430 0 20
Martinique 22 3 0
Montpellier 261 21 18
Nancy-Metz 123 1 6
Nantes 334 1 15
Nice 182 1 7
Orléans-Tours 310 0 0
Paris 230 0 10
Poitiers 194 0 6
Reims 117 0 3
Rennes 200 20 0
La Réunion 204 1 15
Rouen 185 0 15
Strasbourg 167 50 3
Toulouse 280 17 3
Versailles 1210 0 40

CLES2 et C2I2E : un décret pour définitivement régler le problème

La situation des stagiaires des concours 2012 qui ne détiennent pas le CLES (Certificat de compétences en langues de l’enseignement supérieur) ou le C2I (Certificat Informatique et Internet) est enfin réglée. Le décret annoncé depuis février a été présenté au  comité technique ministériel du 16 avril 2013.

Le décret prévoit que les stagiaires de la session 2012 et des deux sessions 2013 soient titularisés même s’ils ne possèdent pas le Cles ou le C2I. Les personnels concernés devront alors s’engager à suivre dans un délai de trois ans  les formations qui leurs seront proposées et à se présenter aux certifications correspondantes.

Pour les sessions suivantes, ces certifications seront intégrées dans les maquettes des master conduisant aux concours de recrutement.

De nombreux stagiaires 2012 voyaient s’écouler l’année avec inquiétude sans qu’ils puissent accéder à des formations trop peu nombreuses.  Avec ce décret, le spectre du licenciement faute de certifications se dissipe enfin.

Le SE-Unsa se réjouit de l’issue favorable de ce dossier pour lequel il intervient auprès du ministère depuis des mois.

 

 

Circulaire de rentrée : peut mieux faire !

Dans un style moins technocratique que les précédentes, la circulaire de rentrée 2013 parue au BO du 11 avril décline les priorités éducatives de Vincent Peillon. Elle concrétise la rupture avec la politique de ses prédécesseurs et tente d’amorcer une première étape de la refondation. Suffisant pour changer la vie des enseignants et des élèves dans les écoles, les collèges et les lycées ? Pas vraiment… Ou pas encore ?

La circulaire de rentrée 2013 présente la loi de refondation, ses objectifs, ses moyens, et son calendrier à l’ensemble des personnels. Elle leur demande à la fois de se mobiliser et d’être patients. La refondation est un processus qui s’inscrit dans la durée. Des outils essentiels ne seront pas disponibles à la rentrée. C’est le cas par exemple de la nouvelle définition du socle commun, des programmes scolaires, des nouvelles modalités d’évaluation et de certification de son acquisition. De plus, la refondation s’arrête pour l’instant aux portes du lycée. Seule la voie professionnelle est concernée par quelques aménagements possibles mais pas obligatoires.

Les priorités sont clairement fixées et assumées : la formation professionnelle des enseignants, la rénovation de l’enseignement dans le premier degré, la lutte contre le décrochage scolaire. Ces priorités, les enseignants de l’Unsa les partagent. Cependant leur mise en œuvre interroge.

Les ESPÉ se construisent dans la précipitation et l’adversité. Conflits locaux entre les universités, entre les UFR et les futurs ESPE, maquettes de concours marquées par l’académisme, les chausse-trappes sont nombreuses et la professionnalisation de la formation des enseignants risque de ne pas être au rendez-vous.

À l’école primaire, deux dispositifs sont mis en exergue, le « plus de maîtres que de classes » et la scolarisation des moins de trois ans. D’un impact limité cette année, ils ne peuvent pas porter seuls la « priorité au primaire ». Or, la gestion des moyens par les recteurs a conduit des ouvertures de postes « ordinaires » en nombre très limité (67). Les programmes de 2008 sont maintenus tels quels. Il n’y a finalement que la suppression des évaluations nationales obligatoires et la transformation de l’AP en APC qui vont concerner l’ensemble des écoles.

Quant à la lutte contre le décrochage scolaire, elle fait l’objet d’une nouvelle circulaire qui affiche de louables intentions, mais qui ressemble plus à un ripolinage de l’existant qu’à une action déterminée, capable de modifier en profondeur la situation.

Les personnels, qui sont impatients de redonner du sens à leur action et de travailler dans de meilleures conditions, risquent de rester sur leur faim. Même si le mot « confiance » est présent, même si la pédagogie est présentée comme au cœur de la refondation, cette circulaire ne propose pas un nouveau modèle de gouvernance susceptible de libérer les énergies et les initiatives dans les écoles et les établissements. Elle n’affirme pas suffisamment le changement de paradigme indispensable pour que notre système éducatif, champion des inégalités, tienne enfin sa promesse républicaine.

Direction : le SE-Unsa tape du poing sur la table au CHSCT académique

Un CHSCT académique s’est tenu le 12 avril. L’Unsa Education a exigé et obtenu que le malaise des directeurs y soit porté à l’ordre du jour.

Les résultats de l’enquête du SE-Unsa 67 ont été exposés à l’Administration.

Découvrir les résultats de l’enquête départementale, et les résultats nationaux.

Un avis a été voté (Le lire )

– il liste des revendications concrètes en faveur des directeurs d’école

– il demande qu’une enquête qualitative soit menée par l’administration auprès des directeurs de l’académie de Strasbourg.

Congés de formation, priorités au mouvement / CAPD du 11 avril 2013

Lire la déclaration liminaire  “formation ” du SE-Unsa 67

 

Réponses du DASEN aux déclarations liminaires

 

Ineats/exeats : Un surnombre est annoncé dans le 67 pour la prochaine rentrée. Il n’y aura aucun souci pour les accords d’exeats. La situation est  similaire à l’an dernier. Concernant les demandes d’ineat, seules les situations individuelles délicates seront étudiées, mais au cas par cas. Quant aux échanges 67/68, il existe un déséquilibre  entre les demandes. Des échanges devraient être possibles entre les deux départements, dans la mesure où le 68 aurait aussi du surnombre.

-Formation : la formation de formateurs est importante, puisqu’elle a un effet démultiplié. Concernant les stagiaires,  arrivent 2 années de transition où il faudra faire face à leur nombre important.  (2 équipes de suivi sont prévues) La problématique de l’accompagnement des stagiaires et des M2 se pose. Le DASEN n’a pour autant pas l’intention de recréer massivement les postes d’EMF.

Les stagiaires auront un jour de décharge au moins jusqu’aux vacances de février.

De nouvelles formules de formation  sont prévues :

-accompagner les emplois avenir professeurs : confiés à desdirecteurs spécialisés.

-M2, dont contractuels qui seront 1/3 du temps en classe

-T1 et T2

-les 18h « nouvelle formule » comprendront de la formation à distance. Le 67 a une certaine expertise dans ce domaine.  La DSDEN 67proposera des parcours sur la base du positionnement, alternant du présentiel et de la  formation à distance. (dispositifs hybrides).

Il s’agira aussi de mettre en place la formation initiale et continue des directeurs d’école, vraie priorité. (Le SE-Unsa, qui la revendique depuis longtemps, voit une de ses revendications aboutir… à suivre)

Oncernant la place des CPC dans les ESPE. : Le DASEN souhaite donner une place prépondérante aux formateurs de terrain, mais pas forcément sur la base de catégorie de personnes, plus sur la base de profils, de besoins précis en terme de compétences. Ces professionnels interviendront plus qu’ils ne le faisaient auparavant.

Le DASEN admet qu’il faut progresser dans l’accompagnement des nouveaux CPC à leur prise de fonction.

1) Points à l’ordre du jour :

A) Congé de formation : le nombre de demandes est constant. 129 mois sont possibles au regard de la masse salarialedu 67. (12 fois 10 mois + 9 par exemple)

Critères ayant prévalu au départage des candidats :  

-continuité cursus qui se termine + élévation du diplôme.

-réorientation

-récurrence de la demande

NB : les diplômes de sciences de l’éducation peuvent être poursuivis tout en travaillant en tant que PE.

L’avis de l’IEN n’est donné qu’au regard de l’intérêt du service, pas en fonction du projet des personnes.

 

B) Validation des situations médicales et sociales du mouvement 2013. Les situations étudiées au dernier groupe de travail  (28 mars) et quelques nouvelles ont été entérinées. Elles sont au nombre de 42. Deux niveaux de priorité sont données, selon les cas :

– priorité  absolue au 1er temps sur le 1er poste vacant de la liste de vœux.

– attention particulière (ajout de 5 points au barème) puis priorité absolue au 2nd temps.

NB : les enfants en situation de handicap (à plus de 80%) comptent comme enfant à charge au-delà de 20 ans.

Nous contacter.

 C) Postes adaptés

Après étude des dossiers par les assistantes sociales et les médecins et discussion en groupe de travail académique le 28 mars, 11 personnes obtiennent un poste adapté de courte ou longue durée, sur 23 demandes.

D) Recensement des collègues en intérim de direction demandant le poste occupé  en vœu 1. Ils seront titularisés sur ces postes au mouvement.

Nous contacter

E) Résultat des commissions de postes à profil

Maître E Guynemer 1 / Directions EE Ziegelau, EE Hirondelles Lingolsheim, EE Liebermann, EE C.Hirtz et EM Jacqueline.

F) Baisse de note 

L’administration informe la CAPD d’une baisse de note. Le SE-Unsa et l’ensemble des représentants des personnels ont marqué leur désapprobation : une baisse de note ne permettra pas de solutionner le problème, ne de venir en aide à la personne concernée…

2) Points divers

-modalité des maintiens sur poste (ASH) : se reporter à la circulaire

-Précisions sur les règles du mouvement en cas de “glissement”.  

-Grève des formateurs Capa-sh : le Secrétaire Général de l’Académie est en charge du dossier.

-liste des communes appliquant la réforme des rythmes dès 2013 : Barembach, Bischwiller, Rothau, Wangen, Wingen/Moder, RPI Scharrachbergheim- Irmstett , Colroy-la-roche, St Blaise, Ranrupt.

-Critères de recrutement des Emplois Avenir Professeurs :  Bourse/ lettres de motivation/avis du directeur de composante à l’université, année de licence 3.

Enseignants de l'Unsa 67

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com